Tout savoir sur les crevasses d'allaitement

L’allaitement est un moment fort et précieux pour créer un véritable lien entre le bébé et sa maman. Mais ce parcours de l’allaitement maternel peut parfois être ponctué par des soucis ou des obstacles que l’on n’a pas initialement prévus. C’est le cas des crevasses d’allaitement qui sont souvent problématiques chez la jeune mère puisque selon une étude, 30 à 40% des mères qui allaitent développent des crevasses au niveau du mamelon au cours de la première année de vie de leur enfant. Ce problème récurrent est une des raisons susceptibles de perturber la mise au sein de l’enfant et de voir un arrêt prématuré de l’allaitement pourtant essentiel pour le bébé (selon l’OMS, on recommande un allaitement jusqu’au 6ème mois après la naissance). Les douleurs ressenties lors de la présence de ces érosions et ces crevasses sont largement sous-estimées. 

Mais qu’est-ce qu’une crevasse d’allaitement ?

L’allaitement a un fort impact sur le mamelon qui se voit étiré et stimulé plus souvent qu’à l’accoutumée. La crevasse se présente comme une gerçure de la peau au niveau du mamelon qui est équivalente à une petite fissure voire une plaie. Celle-ci peut s’infecter ou bien mettre longtemps à cicatriser par le renouvellement prolongé de la succion lors des tétées de l’enfant. La plupart du temps, ces crevasses sont bien visibles mais il peut arriver que celles-ci se fassent plus discrètes entrainant des douleurs lors de la mise au sein. La crevasse au niveau du mamelon peut occasionner dans certains cas de petits saignements. Les crevasses sont des plaies sans gravité si elles sont traitées correctement. Le sang, lors de la tétée, ne représente aucun danger pour le nourrisson. Aucune raison, autre que la douleur et l’inconfort, n’empêche d’allaiter sur une crevasse. 

Quelles sont les principales causes des douleurs au sein et des crevasses d’allaitement ? En voici quelques-unes : 

  • La mauvaise position du bébé : prêt de 90% des crevasses sont dues à une prise de sein incorrecte. Pour prévenir au mieux ces douleurs, il s’agit de positionner correctement son bébé lors de la tétée dès le début de l’allaitement en le tournant vers vous face à votre sein en ayant la tête légèrement en arrière et en vous assurant qu’il ait la bouche grande ouverte pour accueillir au mieux le mamelon et l’auréole du sein. Vous pouvez vous faire aider par un professionnel formé pour corriger la position de l’enfant pendant l’allaitement. Cela peut être également utile lors de l’apparition de crevasses pour les épargner au mieux et ainsi favoriser une cicatrisation plus rapide. 
  • La forme de la bouche et du palais de l’enfant : certains bébés peuvent avoir une forme de palais ou bien un frein de la langue peu adapté qui limite sa fonction rendant difficile l’allaitement. L’enfant, en prenant mal le sein, peut ainsi provoquer des lésions douloureuses par le frottement de la langue sur le mamelon. Prenez contact avec un spécialiste qui saura vous apporter son aide. Une intervention minime peut être pratiqué pour libérer la langue et permettre une tétée correcte. 
  • Un retrait brutal du sein en fin de tétée : un retrait trop rapide de la bouche de l’enfant du sein peut endommager le mamelon en provoquant un léger choc des tissus et provoquer l’apparition d’une crevasse. 
  • Un lavage et séchage excessif des mamelons : le lavage du mamelon et de l’aréole du sein n’est pas nécessaire après chaque tétée. Les cellules cutanées ont leur propre rôle hydratant et protecteur par la présence d’un film gras présent naturellement sur la peau. Celui-ci reste fragile aux agressions extérieures, un excès de lavage et de séchage ou si ceux-ci sont trop vigoureux peut entrainer des irritations pouvant déboucher sur des lésions du mamelon. L’utilisation d’un savon gras une fois par jour (lors de la douche) et un séchage en tapotant délicatement avec une serviette douce est amplement suffisant. 

J’ai des crevasses, comment aider au mieux la cicatrisation tout en continuant d’allaiter ?

Une fois que les crevasses se sont installées, difficile de les voir disparaitre et de les apaiser. Plus encore lorsque l’on souhaite continuer la mise au sein en toute sécurité pour le bébé. 

L’utilisation de crèmes et de baumes gras sont une très bonne solution pour activer la cicatrisation et garder la peau hydratée. Il vaut mieux privilégier des produits naturels sans conservateurs et parfums, qui peuvent être ingurgiter sans danger par l’enfant lors de la tétée, évitant ainsi un supplément de rinçage agressif qui favorise la perte de la protection antimicrobienne naturelle du mamelon. Cela évite ainsi de fragiliser une peau déjà abimée. Il existe des baumes à base de lanoline purifiée, de produits naturels tels que les produits de la ruche ou des huiles essentielles et végétales qui sont efficaces pour apaiser une peau irritée et aider à la régénération de la peau. 

L’utilisation de son propre lait maternel imbibé sur des compresses à placer sur les mamelons plusieurs fois par jour est une solution accessible à tous. Le lait est totalement inoffensif pour la santé de l’enfant et permet de garder le mamelon légèrement humide pour préserver l’hydratation de la peau. Il contient de nombreux composés comme les facteurs de croissance et des anticorps qui vont activer la régénération cutanée et avoir une protection contre les possibles infections. 

Malgré tout, si la cicatrisation reste tardive et que la mise au sein est trop douloureuse, des solutions avec des accessoires de protection des mamelons existent. On retrouve les bouts de sein, les protège-mamelons ou coquillages d’allaitement. Ils permettent de protéger les mamelons sensibles lorsque le bébé est au sein ou entre les tétées pour éviter le frottement des vêtements qui peuvent être irritant. Certains accessoires permettent de favoriser la cicatrisation (par la méthode humide) en laissant le sein en contact avec les gouttes de lait maternel qui s’écoule naturellement. Il est possible d’associer l’utilisation d’accessoires avec l’application d’une crème, pour de meilleurs résultats. 

Maintenant que vous en savez d’avantage, plus rien ne vous empêchera de profiter d’un allaitement agréable.